Home  /  Famille

Du nouveau du côté des parents… La nouvelle émission YÉMOJÀ, donne la parole aux parents, futurs parents pour partager leurs expériences sur la maternité, la parentalité ou la fertilité. Créée et animée par une jeune maman guadeloupéenne ( rappelez-vous notre article « 8 mamans à suivre sur Instagram« ), l’émission est disponible sur le réseau social Instagram : @megg_yemojaDécouvrez en plus sur Megguy, à l’origine de ce beau projet…

Bonjour Megguy, parles nous un peu de toi ?

Megguy : Je m’appelle Megguy, j’ai 29 ans, je suis une femme guadeloupéenne et maman d’un petit garçon de 15 mois. Je suis issue d’un cursus littéraire mais j’ai bifurqué très tôt vers des postes plutôt commerciaux et depuis 8 ans maintenant je suis conseillère en assurances.

yemoja émission parentalité

Comment est né YÉMOJA ?

Megguy : Yémojà est né il y a plusieurs mois en arrière. Je découvrais grâce à une page Instagram « la réalité de maman » le concept de Matrescence. J’ai cherché à en savoir plus et je découvre qu’il s’agit d’un nom pour qualifier l’état dans lequel on se trouve quand on devient maman. Je pousse mes recherches et je tombe sur un podcast du même nom où l’animatrice invite des mamans qui racontent leurs expériences. Et là j’en parle à des amies et je leur dis mais en fait ça n’existe pas à l’échelle des Antilles des podcasts où les parents partagent leur expérience. C’est là qu’elles me suggèrent plutôt qu’un podcast de faire une émission ! Le confinement a un peu bousculé les choses et il fallait réagir ! C’est comme ça que les lives ont commencé !

Pourquoi ce nom ?

Megguy : Yémojà est la déesse africaine de la protection de la femme. Ce nom m’est venue grâce à Melody Musicale qui sur les réseaux avait partagé une découverte d’un restaurant en Martinique où on retrouvait en guise de décoration la déesse Yémoya (autre nom de la déesse) ! ça m’a fait tilt ! J’étais en pleine recherche d’un nom, j’avais d’ailleurs interrogé ma communauté à ce sujet. J’ai alors commencé mes recherches et j’ai trouvé Yémojà ! C’était parfait ! C’était ce nom que je voulais et la communauté a été amplement d’accord avec moi.

Comment le public a-t-il réagi aux 1ers lives ?

Megguy : Il y a eu un réel engouement au lancement des premiers lives. Plus de 500 vues sur le 1er live avec Mavic BRIGHT sur les maux de grossesse. Beaucoup d’encouragements de parents, mais également d’hommes et femmes qui n’ont pas d’enfants, des journalistes m’ont même contacté. Il y a donc eu un article sur RCI et une interview sur Guadeloupe 1ere que je vais bientôt rediffuser. Même ma famille, qui jusqu’ici ne s’intéressait pas trop à ce genre de chose, m’encourage et suit chacun des lives. Je suis vraiment très contente que ce projet rencontre un tel succès. Nous sommes complets jusqu’à mi-juin au niveau des invités.

yemoja live instagram emission parentalité

Et tes invités ? Comment les choisis-tu ? Se prêtent-ils facilement au jeu du live ?

Megguy : Je choisis mes invités en fonction des thèmes que je souhaite aborder. Jusqu’ici hommes, femmes, professionnels et personnalités publiques sont emballés et se prêtent au jeu du live sans problème. Les encouragements viennent de toutes parts. Et parfois des abonnés viennent eux-mêmes se proposer avec un thème.

Proposeras-tu d’autres formats pour échanger sur la parentalité ?

Megguy : Quand j’ai déclaré Yémojà, parce que oui c’est déclaré, j’ai noté dans les actions à mener beaucoup d’autres formats. Parce que je ne compte pas m’arrêter là ! Yémojà est un concept familial qui rassemble une bonne partie de la population autour de thèmes que nous vivons tous. Parce que, pour rappel j’interroge les hommes, les femmes, qui ont des enfants, ne veulent pas en avoir, n’arrivent pas à en avoir ou adoptent. Autant dire que c’est donc inépuisable et transposable à l’infini. Des ateliers, des meet-up, des réunions d’informations thématiques, des livres, des films éducatifs, autant de façon de faire grandir Yémojà.

Racontes-nous comment se passe ta vie de maman pendant le confinement ?

Megguy : Je vis une très belle période. Avant le confinement, je mourrais dans un travail qui semblait ne plus me plaire, je regrettais le peu de temps que je passais avec ma famille et le peu de temps que j’avais pour réaliser mes projets. Bref, je me trouvais beaucoup d’excuses ! Le confinement m’a donc permis de passer du temps en famille et avec mon fils et réaliser ce projet qui me tenait à cœur depuis si longtemps. Est-ce que ça peut encore durer ? (rires)

yémoja émission parentalité

Que peut-on te souhaiter pour le reste de l’année 2020 ?

Megguy : Au début de cette année je m’étais promis qu’on entendrait parler de moi (Nou ka pété pou sa santi fo menm)! Alors vraiment ce que je souhaite pour cette année 2020 c’est de continuer sur cette année que j’avais décidée être celle de la Révélation ! Je crois en mon projet, je le fais avec le cœur et avec passion et j’espère transmettre ça à toutes les personnes qui me suivent.

Je voudrais remercier toutes les personnes qui croient en moi depuis la première seconde de vie de ce projet, qui voient aussi loin que moi. Je ne citerai pas de nom parce que je suis de nature reconnaissante et elles savent déjà tout le bien qu’elles me procurent dans la réalisation de ce projet. Merci également aux personnes comme toi qui me donnent l’occasion d’en parler pour toucher toujours plus de monde ! Parce que je suis conceptrice et animatrice de Yémojà mais l’émission vit grâce à vous tous !